top of page
  • Photo du rédacteurCamus Valentin

L'arnaque Wirecard

Dernière mise à jour : 4 déc. 2023

L'arnaque de Wirecard - Comment une personne est devenue milliardaire en trompant le monde ?


Bien que son nom ne vous dise rien, Wirecard était autrefois une startup technologique allemande. En 2019, elle a été incluse dans une liste comparable au CAC40 allemand et a été nommée l'une des 100 entreprises les plus innovantes par le magazine Forbes. Wirecard est la quintessence des réussites entrepreneuriales allemandes et européennes. Puis soudain, en l'espace de neuf jours, le cours de l'action Wirecard a chuté de 100 euros par action à moins de 2 euros.


Alors, comment l'une des plus grandes entreprises allemandes, qui valait auparavant plus de 28 milliards de dollars, a-t-elle finalement déposé le bilan ?


Laissez-moi vous raconter l'histoire de l'un des plus grands scandales financiers européens de la décennie : la fraude Wirecard.

Wirecard a été fondée en 1999 dans la périphérie de Munich, en Allemagne. La société fournit des services de paiement en ligne et agit comme intermédiaire entre les acheteurs et les vendeurs en ligne. Le versement est rapide, sûr et pratique. Surfant sur le boom du e-commerce, l'entreprise est rapidement devenue un géant. En cinq ans, son cours de bourse a décuplé. Après avoir pris la relève en 2002, le nouveau PDG de l'époque, Markus Braun, avait des ambitions mondiales pour l'entreprise. En 2009, lors d'une soirée Wirecard, il a annoncé que l'anglais serait désormais la langue officielle de l'entreprise. La décision a été prise afin de refléter ses ambitions mondiales. Le problème était que personne ne comprenait ce qu'il disait, car seulement la moitié du personnel à l'époque parlait anglais. Au fur et à mesure que Wirecard grandissait, Braun est finalement devenu un milliardaire, ressemblant à l'image qu'un leader de l'industrie technologique devrait avoir.

Braun, cependant, semble quelque peu déconnecté du reste de l'entreprise. Il travaille à un étage uniquement accessible aux membres les plus anciens de l'entreprise, puis quitte le bureau dans un ascenseur qui l'emmène directement au parking, où son chauffeur l'attend dans une Mercedes. Après avoir quitté le parking, Braun a été emmené dans un immeuble où il possédait deux appartements. En 2015, Wirecard possédait une banque à Munich qui traitait des millions de paiements en ligne. Braun était le visage de l'entreprise, parlant aux investisseurs, tandis que son protégé Jan Marsalek parcourait le monde pour conclure des accords commerciaux, de temps en temps, Braun aime rappeler aux gens son pouvoir, qui découle de sa participation de 7 % dans Wirecard. On dit que Braun vérifie régulièrement le cours de l'action sur son téléphone, et si le cours de l'action baisse, il réprimande la direction et lui demande de faire quelque chose pour ramener l'action à son prix. Il a même contracté un énorme prêt avec 7% de ses fonds propres en garantie. Vous pouvez donc imaginer ce que Braun a ressenti lorsque KPMG a publié un rapport cinglant sur les finances de Wirecard en avril 2020.

Wirecard fait l'objet d'inspections et d'examens réguliers depuis 2008. En 2016, des allégations ont fait surface selon lesquelles l'entreprise était liée à une affaire de blanchiment d'argent. Wirecard a nié toutes les allégations, mais a attiré l'attention des régulateurs financiers allemands et des institutions privées. Puis des choses étranges se sont produites. Au cours des années suivantes, chaque fois qu'un journaliste faisait des commentaires négatifs sur les activités de Wirecard, il commençait à recevoir des e-mails de phishing conçus pour pirater son ordinateur.


En 2018, Wirecard est entrée dans le DAX 30 et était évaluée à 28 milliards de dollars à son apogée, mais début 2019, les choses ont commencé à prendre une tournure inattendue


Afin de traiter les paiements dans les pays sans licence, Wirecard utilise une société tierce. Ces sociétés sont principalement implantées aux Philippines, à Singapour et à Dubaï. Pour la petite histoire, les bureaux philippins de Wirecard, l'une des 30 plus grandes entreprises allemandes à l'époque, étaient partagés avec une compagnie de bus. Étant donné que Wirecard n'a pas de licence pour opérer dans ces régions, l'idée de ces sociétés étrangères est de faire en sorte que ces sociétés étrangères traitent les paiements de Wirecard, et en retour, Wirecard recevra une commission. L'entreprise est une partie importante de l'activité de Wirecard, représentant la quasi-totalité de ses 2 milliards de dollars de bénéfices. Lorsque les enquêteurs ont découvert que la banque de Wirecard à Munich n'avait pas reçu l'argent, la société a expliqué que l'argent se trouvait en fait sur un ensemble de comptes dans deux banques aux Philippines.

Les enquêteurs se sont ensuite rendus aux Philippines pour inspecter, où ils ont été surpris de trouver un vieux retraité et sa famille qui ont également été très surpris de constater que leur humble maison était sur le papier une succursale d'une multinationale. Fin 2019, sous la pression des investisseurs, Wirecard a dû engager le cabinet comptable KPMG pour réaliser un audit. L'objectif de l'investisseur est de prouver que toutes les allégations contre Wirecard sont fausses, avec un rapport à l'appui de leurs affirmations. Six mois plus tard, au début de 2020, KPMG a déclaré n'avoir trouvé aucune trace des bénéfices présumés de Wirecard au cours des deux dernières années. Wirecard prétend depuis longtemps utiliser un tiers pour traiter les paiements. Selon eux, ces tiers leur versaient alors une commission, qui était à l'origine de leur profit de 2 milliards de dollars. En fait, rien de tout cela n'est vrai. Les comptes de la société ont été truqués et le prétendu bénéfice de 2 milliards de dollars n'existait tout simplement pas. La banque censée détenir les fonds Wirecard a déclaré aux enquêteurs que l'argent n'existait pas. Une semaine après ces révélations, Marcus Braun a été arrêté après sa démission. Wirecard a alors admis que l'argent n'avait jamais existé, et peu de temps après, ils ont dû déposer le bilan.


Que pouvons-nous en conclure ?


Malheureusement, Wirecard est l'incarnation de la fraude entrepreneuriale. Au lieu de créer une entreprise technologique réussie, les fondateurs ont choisi d'utiliser leurs connaissances des nouvelles technologies pour se faire de l'argent frauduleusement.

Plutôt que de servir l'intérêt des actionnaires et du public, ils ont opté pour un mode de fonctionnement criminel. La morale de cette histoire ? Soyez toujours vigilant quand vous investissez dans une startup, ou dans n’importe quel investissement.

7 vues0 commentaire

Σχόλια


bottom of page